Home -> Je m'informe -> Les nouvelles de la recherche

BeatSarcoma a financé les projets suivants:

 

Recherche sur Léiomyosarcome et Sarcome du Stroma Endométrial sous la direction des docteurs Robert West et Matt Van de Rijn à l'université Stanford

 

Stanford a développé un nouvelle technique appelée 3SEQ pour déterminer les niveaux d'expression de tous les gènes humains dans les échantillons de tissus. L'aspect novateur de cette technologie consiste à utiliser des tissus en bain de paraffine, donc sans recours à des tissus frais congelés. Ces derniers sont souvent difficiles à se procurer, surtout pour des tumeurs rares comme les sarcomes utérins. Stanford a obtenu son financement par une subvention NIH RO1 grant et par BeatSarcoma pour étudier les léiomyosarcomes (la forme la plus commune de sarcomes utérins), et a utilisé ce financement pour une étude de plusieurs léiomyosarcomes (LMS) comme suite à sa récente publication dans la revue Oncogene. Stanford continue de collecter des échantillons, mais des analyses préliminaires de données ont commencé. L'université estime dans les prochaines années pouvoir ainsi étudier environ 200 léiomyosarcomes. Cela semble réaliste, ayant déjà identifié 60 cas rien qu'à Stanford et avec en plus la collaboration de Dr. Chris Fletcher qui a déjà envoyé 25 cas.

En outre, Stanford est maintenant en cours d'analyse d'un nombre important (des blocs de paraffine pour 10 cas ont été identifiés jusqu'à présent) de sarcomes du stroma endométrial (ESS). ESS est la seconde forme la plus commune de sarcomes utérins et BeatSarcoma aidera à financer ces aspect important de la recherche. L'espoir est qu'en comparant des tissus sains, LMS et ESS, Stanford pourra améliorer les outils de diagnostic pour séparer ces tumeurs et développer de nouvelles cibles thérapeutiques pour chacun.

 

Recherche sur le Sarcome de l'Université de Californie à San Francisco (UCSF), menée par Dr Eric Nakakura

 

Dr. Eric Nakakura est un scientifique et chirurgien spécialisé dans le traitement des tumeurs  neuroendocrines gastrointestinales et les sarcomas de tissus mous, y compris les tumeurs du rétropéritoine, du tronc et des extrémités. En tant que membre du centre de cancérologie générale de la famille  Helen Diller de UCSF et du programme de recherche oncologique Gastrointestinale (GI), il conduit aussi des recherches en biologie fondamentale du sarcome.

En tant que chirurgien du sarcome, Dr. Nakakura a un accès direct et permanent à des échantillons humains. En collaboration avec le laboratoire de Dr. Kevin Shokat, le programme de recherche en oncologie GI a obtenu des succès en utilisant un modèle d'études animales qui met à profit les tissus tumorés en trop suivant une résection. En utilisant des techniques de pointe, ils implantent ces tumeurs humaines dans des souris. Les chercheurs ont conclu que ce modèle représente plus précisément la croissance des cancers humains que la croissance dans des boites de culture, qui peuvent changer le caractère des spécimens de cancer. C'est un outil puissant pour aider à identifier quelles thérapies pourraient etre les plus efficaces pour un patient, et pour identifier des d'éventuelles vulnérabilités dans les cellules cancéreuses souches.

Actuellement, grace au financement de BeatSarcoma, des études sont en cours pour déterminer le role du chemin mTOR dans la croissance des sarcomes. De précédentes investigations concentrées sur l'étude du role du chemin mTOR dans les tumeurs endocrines avaient trouvé que c'était un chemin de signalization important, et les chercheurs émettent l'hypothèse qu'il serait responsable de la croissance des sarcomes.

Du fait de l'investissement initial de 5000 $ de BeatSarcoma, Dr. Nakakura et ses collègues ont pu faire avancer leurs études au centre de cancérologie générale Helen Diller de UCSF dans la bataille contre le sarcome. Un défi majeur dans la recherche sur le sarcome est la rareté des modèles pour étudier la maladie et déveloper de nouvelles thérapies. Pour développer de nouveaux modèles pour étudier cette maladie rare, les chercheurs prélèvent de petits échantillons sur des patients en chirurgie à UCSF. Ces échantillons sont immédiatement implantés dans des souris immuno-déficientes, qui fournissent un milieu propre à la croissance et l'expansion des petites quantités de tissus de sarcome.

Dr. Nakakura et ses collègues ont établi avec succès de telles "xénogreffes de sarcome" de deux patients et envisagent de les utiliser pour développer de nouvelles lignes de cellules. De nouvelles xénogreffes de sarcome et lignées de cellules seront des modèles inestimables pour évaluer de nouvelles stratégies de traitement. Une stratégie en cours d'évaluation à UCSF cible le chemin mTOR, un régulateur critique de la croissance cellulaire. Les chercheurs ont optimisé avec succès les conditions pour mesurer l'activité du chemin mTOR dans les échantillons humains. Avec le partenariat permanent de BeatSarcoma, Dr. Nakakura et ses collègues pourront élargir leur analyse du chemin mTOR dans le sarcome humain. De plus, ils pourront estimer si les médicaments qui ciblent ce chemin ont un effet sur la croissance et la progression du sarcome avec ces nouveaux modèles.